fbpx

Allo La Planète

La radio voyage

En ce moment

Titre

Artiste


Élixir de voyage à vélo

Bruno Auboiron 5 mars 2024

Élixir de voyage à vélo

Cette chronique littéraire au fil des chemins et des cartes du Monde, nous entraîne dans les roues du vélo de Manon Verger et les pages de son livre « Élixir de voyage à vélo, huit mois seule sur les routes d’Europe ».

La recette de l’Élixir

Pour faire un élixir, recette aux propriétés magiques, il faut des ingrédients. Voici ceux que l’auteur a distillé tout au long de ces dix mille kilomètres à vélo : « Égrener des récits de rencontres hors du commun. Garnir de conseils pratiques pour voyager à vélo. Incorporer des astuces pour partir à petit budget. Saupoudrer d’anecdotes par pays. Relever le tout de poésie. Mélanger. Déguster. »

Se laisser glisser

A vingt-cinq ans, Manon décide de quitter son travail d’ingénieur agronome pour partir sur les routes d’Europe. Sans itinéraire précis ni date de retour, là est sans doute l’essentiel et l’indispensable quand on adopte l’esprit nomade. Elle préfère se laisser glisser sur la route au rythme du vélo et des rencontres qui la guident. France, Italie, Slovénie, Croatie, Hongrie, Serbie, Roumanie, Bulgarie, Macédoine du Nord, Albanie Monténégro et à nouveau Croatie. L’itinéraire de Manon s’inscrit en un trait continue sur les routes des Balkans.

Le langage des oiseaux

Dès les premières pages de ce livre, le lecteur est conquis par la plume alerte de l’auteur, alerte et malicieuse comme l’est le langage des oiseaux qu’elle manipule avec le sourire, une écriture toute en finesse et en profondeur. Ponctuant son récit, Manon nous offre ces petites pépites gouleyantes de la langue française maîtrisée. Oui, de quoi être véritablement séduit par ce texte et cette écriture car tous les voyageurs ne sont pas des écrivains, et si toutes les aventures méritent d’être partagées, peu nombreux sont les aventuriers au talent de raconteur. Manon compte parmi eux.

Il faut oser céder à la peur de l’inconnue

Entre coups de pédale, pensées poétiques et rencontres inattendues, l’auteur avance sur son chemin.  Elle profite de son récit de voyage pour répondre aux questions qu’on lui a semble-t-il le plus posé, comme des respirations au fil du texte : comment t’orientes-tu, où dors-tu, que fais-tu quand il pleut ? et bien d’autres encore. Pour chaque question elle propose toute une liste de réponses très pratiques permettant au lecteur de se projeter dans son futur voyage s’il n’en est encore qu’aux balbutiements de sa préparation. Au total, vingt questions et un dernier conseil. Parmi elles, une a retenu mon attention : tu n’as pas peur toute seule à vélo ? Cette question résume à elle seule le manque de confiance en soi de la grande majorité des êtres humains. Il faut oser, ne jamais céder à la peur de l’inconnue. Le fameux adage, la peur n’évite pas le danger, contient une partie de la réponse à cette question. La vie est dans le mouvement, alors je le redis, il faut oser.

Ne surtout pas oublier

Au fil des kilomètres, les rencontres se succèdent et Manon nous en livre un récit à la fois très humain et sensible. La solidarité, l’entraide et la fraternité ne sont pas de vains mots pour bon nombre de personnes croisées dans les pays traversés. Elle parcourt dix mille kilomètres en solitaire sur les routes d’Europe de l’Est et du Sud de février à octobre 2020. Manon fait sienne l’affirmation d’Antoine de Saint-Exupéry qui déclare : la perfection est atteinte non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. De son voyage, elle ne veut rien enlever.

Elixir de voyage à vélo, huit mois seule sur les routes d’Europe, de Manon Verger en autoédition.

Bonne lecture à tous.

 


Avis des lecteurs

Laissez un commentaire