fbpx

Allo La Planète

La radio voyage

En ce moment

Titre

Artiste


Hisser les voiles et influencer la politique

Charles 3 February 2020

Dans ce premier épisode, on visite le collectif la Bascule à Pontivy qui se présente comme un lobby citoyen.

Quentin et Agnès nous parlent de leurs engagements dans le mouvement. On prépare ensuite notre embarcation pour le grand départ à la voile depuis le Golf du Morbihan.

Je retrouve Vincent dans le train, premier équipier de la bande, il est d’humeur joyeuse. Ça y est, nous y sommes, dans quelques heures nous serons à Pontivy pour réaliser notre première interview ! Avant de prendre le large, nous allons à la rencontre du collectif auto-proclamé «La Bascule», dans leur QG situé à Pontivy. Joint au téléphone, notre contact sur place nous indique qu’il faut passer à travers un trou dans le grillage situé à droite de la gare, traverser les voies, avancer à sa rencontre… Je découvrirai par la suite que les chemins menant aux tiers lieux que nous visitons sont souvent de traverse, sauvages, alternatifs ou cachés. Quentin nous guide à travers cette ancienne clinique abandonnée, squattée pendant 10 ans et maintenant véritable terrain d’expérimentations de la transition écologique.

Un film post apocalyptique

A première vue, on pourrait se croire dans un film post apocalyptique, dans un lieu dont l’activité s’est effondrée. On voit au détour d’un couloir d’anciens stigmates comme un panneau indiquant où se trouve la radiologie, des débris jonchant le sol et il fait sombre. On comprend vite cependant que ce lieu vit d’une activité nouvelle. Dans le hall d’entrée on peut consulter la liste des bénévoles (à plein temps) sur un tableau de présence. Depuis 6 mois ils sont environ quarante à occuper les lieux, au départ pour réaffecter ce bâtiment, puis pour le faire vivre au service de leur projet. De façon pragmatique, ils ont apporté des solutions aux besoins premiers : boire, dormir, manger, travailler…

Un réseau d’eau a été tiré en dehors des murs dont on voit les tuyaux courir dans les couloirs. Un seul point d’eau par étage, sans évacuation. Un simple seau sous chaque robinet invite son utilisateur à évacuer par lui-même l’eau qu’il aurait gâchée.Les anciennes chambres d’hôpital sont devenues des espaces individuels. Un matelas comme lit suffit, sans courant ni lampe dans les chambres, cela est superflu. Un festin est préparé par l’équipe en charge des repas à partir des légumes rapportés par les personnes d’astreinte de maraîchage. Un partenariat avec un producteur local (main d’œuvre contre légumes) permet de ne jamais manquer.Enfin,un câble a été tiré pour apporter l’internet,et des espaces sont dédiés aux différents cercles de travail.

Accélérer la transformation de notre modèle de société

La porte du service des richesses humaines annonce par exemple son rôle sur une pancarte : «Intégrer et accompagner les basculeurs au service de la bascule». Sur celle du pôle politique on peut lire «Accélérer la transformation de notre modèle de société par la réappropriation du pouvoir politique par les citoyen.ne.s». Voilà le cœur du projet porté par La Bascule. Cette raison d’être a su attirer de nombreuses personnes en quête d’idéal et pleines d’énergie. Formés par l’Université du Nous à la gouvernance partagée, elles semblent maitriser les règles de travail en groupe, et de vie en communauté.La Bascule cherche à unir les différents mouvements écologistes dont les modes d’actions varient,pour peser plus fortement sur les décisions politiques. Autrement dit, c’est bien du lobbying associatif et citoyen qu’entreprend ce collectif.Nous quittons Pontivy avec la conviction qu’il se joue ici quelque chose de singulier,bien loin de ce qui peut être décrit par certains détracteurs. Comme nous l’a dit Agnès, une basculeuse, «Mettre sa vie entre parenthèses n’est pas anodin». Ce lieu apporte ainsi un cadre pour de nombreuses personnes souhaitant s’engager à fond et à plein temps dans la transition. Il nous faut à présent retrouver le bateau et nous préparer pour le départ à la voile.

Direction l’île-aux-Moines

Alors que nous hissons les voiles pour la première fois, la vue sur le Golfe du Morbihan depuis la Pointe du Bill est splendide. On distingue de toute part des îles et ilots entourés d’une mer pouvant passer pour un lac si le jeu des marées n’avait pas court. On peine à évaluer les distances: que voit-on, est-ce la pointe de Biler Ve ou l’île Ilur ? Pour cette première journée de navigation, il va falloir tailler notre sillon d’écume sur à peine 5 miles jusqu’à l’île-aux-Moines, où nous attend Christine Kristof pour nous parler de son projet d’écolieu: Animaterra. J’appréhende le départ. Je cherche à anticiper ce qui pourrait mal se passer, ce que j’aurais pu avoir oublié. J’espère que ça ira pour Vincent,car c’est la première fois qu’il monte sur un bateau à voile.

 

Musique: Artiste : Stand High patrol, titre : Allong the river