fbpx

Allo La Planète

La radio voyage

En ce moment

Titre

Artiste


Devenir une famille nomade – Avec Team Ballet Trips

Clem et Mumu 16 June 2019


 

Nous avons rencontré Cécile lors du Salon des blogueurs de voyage 2019. Et nous avons eu très envie de partager son histoire avec toi. Cécile a 34 ans, est mariée avec deux filles, Lou et Ella. Ils vivent actuellement à Limoges. Ils ont pour projet de devenir une famille nomade.

Après un long voyage de 7 mois, ils ont pris la décision de devenir digital nomad. Pour arriver à atteindre cet objectif, Cécile a décidé de se reconvertir en rédactrice web freelance.

Ils ont aussi décidé d’expérimenter l’instruction en famille, qui sera un passage obligé de leur futur mode de vie. Depuis 2016, la famille partage leurs aventure sur le blog Team Ballet Trips . Pourquoi Ballet ? En fait, il s’agit tout simplement de leur nom de famille !

Un projet de vie en construction : devenir une famille nomade

Cécile est donc rédactrice web depuis maintenant deux ans. Mais avant ça, en 2016, elle avait déjà son blog personnel.

Cela fait partie d’un projet de vie qu’on a en famille : on rêve de devenir digital nomads.

Elle a choisit ce métier, non pas par passion, mais comme un moyen de réaliser son projet de vie : devenir une famille nomade. Parmi les différents métiers qu’il est possible d’exercer en tant que nomade numérique, la rédaction web était le plus simple pour elle car elle avait déjà les compétences pour se lancer rapidement.

Son mari, Howard, est encore salarié pour le moment, c’est pourquoi ils restent basés à Limoges pour le moment. Il est boucher de profession. Mais suite à un voyage au long cours, il a préféré se réorienter et est devenu professeur de boucherie. Son truc à lui, c’est de transmettre le savoir.

Pour le moment, ils ne savent pas encore comment l’expertise d’Howard va se traduire sur le web, ils y réfléchissent encore. Une chose est sûre, la transmission du savoir sera au centre de leur projet.

Avant de partir et de se lancer dans leur nouveau projet de vie, Cécile cherche à développer son activité et à avoir une base de clients régulière. L’idée, c’est qu’elle puisse subvenir aux besoins de la famille le temps qu’Howard trouve sa voie et développe sa nouvelle activité.

Le développement de son activité de rédaction web

Cécile écrit pour différents clients, que ce soit sur leur site web ou leur blog. Les sujets sont variés et ses articles peuvent aussi bien traiter de thématiques spécifiques ou encore faire la promotion de certains produits. Pour exercer ce métier, nul besoin d’être à proximité de son client.

Les débuts de Cécile dans la rédaction web

Elle s’est formée et perfectionnée sur le sujet en autodidacte : elle a passé des soirées et des nuits à écouter des podcasts, regarder des vidéos, lire des articles sur les bons principes de la rédaction web ou encore le SEO. Son expérience de blogging l’a également beaucoup aidée.

Par contre, elle a choisi d’investir dans une formation payante pour apprendre à vendre ses services de manière efficace. Pour la rédactrice, c’est la partie la plus difficile du statut de freelance.

Cette formation m’a beaucoup appris, à ne pas brader mon travail, à ne pas brader mon temps.

Elle a également vécu le syndrome de l’imposteur à ses débuts. Comme elle n’avait pas étudié à l’école sur ce domaine précis, qu’elle n’avait pas de diplôme, elle ne se sentais pas légitime dans cette reconversion.

J’ai toujours l’impression que les autres sont bien meilleurs que moi…

D’ailleurs, quand elle a reçu ses premières commandes, elle a paniqué. Elle pensait qu’elle ne serait pas capable de le faire. Elle voulait rembourser ses clients ! Finalement, ça l’a fait ! Comme quoi il faut parfois simplement se jeter à l’eau !

Les premières fois où Cécile a réussi à gagner 5 €, elle était vraiment très fière d’elle, même si ce n’était pas grand chose, elle savait vendre !

Si tu as envie de te lancer en freelance, tu peux télécharger ce guide de 50 pages qui te donne les clés pour bien démarrer !

La plateforme 5euros.com

Cécile a commencé à trouver ses contrats en passant par une entreprise de microservices sur la plateforme de 5euros.com. Par ce biais, elle a appris à rédiger ses annonces et à vendre ses services de rédactrice web pour des contrats d’une valeur plus élevée que 5 euros.

Il y a différentes formules pour pouvoir proposer ses services sur la plateforme :

  • La formule de base avec l’inscription sans abonnement prend une commission de 20% sur la valeur totale du contrat.
  • L’abonnement à 5 € limite la commission à 1 € sur la valeur totale du contrat, qu’il soit à 100 € ou à 2000 €.
  • L’abonnement à 30 € limite la commission sur les contrats à 1 € également. Tu as aussi accès à plus de fonctionnalités et tes annonces bénéficient d’une meilleure visibilité.

Tu as l’obligation de proposer un service à 5 € sur cette plateforme. Il faut donc que le service soit rapide à compléter, en 15 minutes maximum. Par conséquent, Cécile propose pour cette somme un article très court de 200 à 250 mots. Il s’agit plus d’un moyen pour tester la qualité de son travail qu’un vrai contrat. En effet, un article de blog devrait au moins compter 300 mots pour espérer être référencé.

Du coup, elle propose des options plus chères qui correspondent mieux aux attentes des clients dans ce domaine.

Fidéliser sa base de clients et rester à l’affût d’opportunités

Elle a réussi à transformer ses clients en clients réguliers qui lui proposent maintenant des contrats, mais à des tarifs bien plus avantageux que sur la plateforme.

Depuis un an, Cécile a développé une clientèle stable qui lui permet de vivre de son métier en se passant des plateformes. Mais elle garde quand même une activité minimale sur cette plateforme qui lui amène de temps en temps de nouveaux prospects.

Un voyage de 7 mois en famille : un déclencheur

Leur grand voyage de 2016 a tout changé dans leur façon de vivre : les filles de Cécile avaient 7 ans et 4 ans. Pour pouvoir partir, ils ont vendu leur maison et ont démissionné de leur travail.

C’était un grand saut dans le vide, ils n’avaient pas prévus ce qu’ils feraient pour la suite !

On n’a pas le courage de se lever tous les matins pour aller travailler

Ils se sont rendu compte que la vie de routine comme aller travailler, déposer les enfants à l’école, etc. ne leur convenait pas du tout. Ils n’avaient tout simplement pas le courage de mener cette vie, elle ne leur convenait pas, surtout pour Cécile !

On a dit : on vend tout, puis on verra bien !

Ils sont finalement partis sept mois en commençant par l’île de la Réunion où ils ont de la famille. Ils sont ensuite allés à Madagascar et à l’île Maurice. La famille a alors fait une escale à Dubai pour continuer vers l’Asie du Sud-est : Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande, Malaisie et Bali.

Un grand voyage en famille

Avant ce voyage, ils n’étaient jamais partis pour de grands voyages lointains en sacs à dos. Leur expérience de voyage était plutôt dans les tout-inclus à Punta Cana. Ils n’avaient jamais vraiment voyagé avant de partir.

On partait un petit peu faire Koh Lanta, Pékin Express…Dans les sacs à dos, on avait briquet, cordes, etc… enfin tout !

Ils se sont vite rendus compte que les destinations qu’ils avaient choisies étaient relativement faciles pour voyager : il y a avait des hôtels, des restaurants, des pharmacies, etc.

Ils n’ont pas eu de problème particuliers avec leurs enfants : les filles adoraient marcher et découvrir de nouvelles choses et étaient toujours partantes pour de nouvelles activités.

Les moments marquants d’une famille nomade

Un des moment les plus marquant pour leur famille a été l’arrivée à Madagascar et la découverte de la pauvreté du pays. Cécile a dû expliquer cela à ses enfants et ça a été un moment difficile. Lors de ce voyage, le père d’Howard qui vit sur place leur a fait visiter le pays.

Leur arrivée au Vietnam a été finalement le vrai début de leur voyage car c’était le premier pays où ils étaient touts seuls, sans proches pour les aiguiller.

On était tout seuls, tous les quatre et on avait un petit peu peur aussi…

L’erreur que tout le monde fait au début d’un voyage autour du monde

On a voulu tout faire au début… on voulait tout voir…et au bout de trois jours, on était épuisés !

La petite famille a alors essayé de voir un maximum de chose en un minimum de temps. Ils étaient fatigués et ont commencé à remettre leur projet en cause. La petite famille s’est alors questionnée :

Est-ce que le voyage était vraiment fait pour eux ?

Ils ont alors décidé de ralentir et ils ne l’ont pas regretté ! Le voyage a pris une toute autre dimension et ils ont adoré. C’est aussi à partir de ce moment que l’idée de devenir une famille nomade a germé.

Les bienfaits du voyage pour les enfants

Cécile ne s’est pas rendu compte immédiatement des bénéfices du voyage sur ses enfants.

Finalement, c’est quelque temps après le retour en France qu’elle s’est aperçue que leurs filles avaient gagné en maturité et qu’elles avaient un regard beaucoup plus large sur ce qui se passait autour d’elles.

Le voyage leur a permis de découvrir le monde mais surtout de stimuler leur curiosité. Maintenant, elles ont envie de comprendre le fonctionnement du monde qui les entoure et d’aller voir sur place comment ça se passe.

Elles n’attendent que le top départ pour tout quitter.

Finalement, Cécile et Howard leur ont transmis le virus du voyage : leurs filles n’attendent qu’une chose, c’est de repartir.

Les voyages sont également un bon moyen de faire apprendre plein de choses aux enfants facilement : histoire, géographie, culture, anglais, etc… Le voyage fera grandir tes enfants et les rendra plus autonomes.

D’ailleurs, avant de partir pour leur grand voyage, l’école leur avait dit de travailler juste le français et les maths car les enfants apprendraient déjà beaucoup de choses, rien qu’en voyageant.

Les filles de Cécile ont également eu l’occasion de partager leurs expériences avec la classe. Par exemple, elles ont pu partager avec leur école comment ça se passait dans les autres écoles des pays traversés, elles ont fait des exposés en vidéo, etc…

Avec tout ça , Ella et Lou apprennent déjà des compétences comme le montage vidéo, le blogging, et les différentes activités du web. Un beau bagage pour la suite !

L’instruction en famille (IEF) : indispensable pour une famille nomade

Pour la team Ballet, c’est une nouvelle étape vers le mode de vie auquel ils aspirent: ils ont commencé l’instruction en famille en septembre 2018.

Maintenant que l’activité de freelance de Cécile commence à se stabiliser, cela leur permet de mettre en place ce nouveau mode de fonctionnement avec les filles. D’autant plus qu’en tant que rédactrice web, elle travaille d’où elle veut, donc de la maison pour le moment.

On va commencer cette année, on a tout ce qu’il faut autour de nous, si on n’y arrive pas, on pourra se faire aider. Il y a la bibliothèque, il y a tout ça…

Ils ont donc choisi de se lancer pendant qu’ils étaient encore en France pour voir s’ils y arrivaient. Ils sont conscients que si les choses sont difficiles à mettre en place lorsqu’on a une vie stable, c’est encore plus difficile en voyage.

Le fonctionnement de l’instruction en famille (IEF)

Il suffit d’envoyer trois courriers pour informer les instances gouvernementales de la décision :

  • l’école
  • l’inspection d’académie
  • la mairie

Il existe différentes façons de fonctionner :

Les écoles à distance, comme le CNED :

Il y a donc des supports pédagogiques développés, des devoirs à rendre et des profs qui corrigent les devoirs. Ces écoles sont reconnues par le ministère de l’éducation nationale.

C’est la méthode que Cécile a retenue pour la première année.

Elle ne pense pas continuer dans cette voie pour l’an prochain. Pour elle, les devoirs avec des notes contribuent à stresser ses enfants

Faire ses cours par soi-même à partir du référentiel (programme scolaire de l’année)

Elle pense partir sur cette méthode pour l’année prochaine. Il y a beaucoup de matériel parascolaire : livres d’éducation, cahiers de vacances etc… qui pourront l’épauler. Ils ont souvent l’avantage d’être plus ludiques et attractifs pour les enfants que les polycopiés en noir et blanc des écoles à distance.

Le unschooling

Cette méthode suppose de faire confiance à l’enfant. Il n’y a pas vraiment de méthode, l’enfant va apprendre avec les expériences du quotidien. Par exemple, faire de la cuisine est une bonne occasion d’aborder le calcul.

Cécile, de son côté, n’est pas prête à se lancer dans le unschooling car cette méthode demande énormément de temps pour développer des activités et des sorties qui correspondent au programme.

Organiser sa journée de travail avec l’instruction en famille (IEF)

Je galère !

Ils ont eu besoin d’une année pour se mettre au point. Voici la journée type de Cécile :

  • Elle se lève le matin à 5 h 30 et travaille sur ses contrats jusqu’à 8h.
  • À 8 h, ses enfants se lèvent et se préparent.
  • De 9 h à 12 h, c’est le temps réservé aux études.
  • C’est ensuite le repas du midi.
  • Cécile travaille pour ses clients l’après-midi pendant que les filles jouent et s’occupent. Une fois par semaine, une nounou anglophone vient à la maison et leur fait travailler l’anglais.

Mais les après-midi restent difficile pour Cécile, car elle a besoin de se concentrer pour travailler. Mais cela reste difficile en surveillant les filles. Ils réfléchissaient donc à aller vivre dans un camping.

Mais pourquoi l’idée du camping ?

Ils aiment vivre dans de petits espaces, comme par exemple un Mobil home. Mais surtout, les campings proposent de nombreuses activités pour les enfants à l’année.

Cela me permettrait de les voir occupées à quelque chose de sain, de créatif, de sportif, etc. Tous les jours, pendant que moi je suis en train de travailler.

Finalement, toutes ces nouveautés leur permettent de préparer leur futur par étapes et pour que leur projet tienne la route sur la durée.

Howard prévoit de travailler encore un an sur Limoges avant de se lancer car il aime ce qu’il fait actuellement et sent qu’il a encore des choses à apprendre.

Depuis, l’enregistrement du podcast, ils ont revus leurs plans, ils n’iront finalement pas vivre dans un camping.

Cécile nous a écrit pour nous annoncer que la date de départ était prise : juillet 2020 !

Les conseils de Team Ballet Trips

Ne pas avoir peur de ses rêves et se lancer.

Tout est possible, pour peu qu’on se donne la peine d’essayer. On est les seuls responsables de l’accomplissement de ses rêves.

Ainsi, pour atteindre leur rêve de devenir une famille nomade, ils ont décidé de construire se projet par étapes, petit à petit.

Cécile a elle aussi ressenti la peur de ne pas y arriver, de ne pas trouver de clients quand elle s’est lancée comme freelance. Elle passait d’un emploi salarié où tu sais exactement combien tu vas gagner à la fin du mois à une nouvelle carrière pleine d’incertitude.

Elle conseille donc aussi de se faire confiance. C’est primordial pour y arriver.

Et ne rien lâcher !

En effet, pour atteindre ses rêves et ses objectifs, il faut de la persévérance.

Sur le sujet du voyage avec les enfants, Cécile est convaincue qu’il ne faut pas se mettre de limites. Tant que les enfants se sentent bien avec leurs parents, qu’ils sont bien entourés, ils sont capables d’aller n’importe où, ils se sentiront bien. Mais c’est important que les parents se sentent bien.

Les enfants sont beaucoup plus adaptables que nous. En général, ils vivent les voyages et une vie différente bien mieux que nous.

Où suivre Team Ballet Trips ?

Le blog Team Ballet Trips
Facebook
Instagram
Youtube

À retenir

Pour ton métier de freelance :

  • On ne le dira jamais assez, il faut avoir monté sa clientèle avant de partir sur les routes.
  • Trouver le bon freelance à pas cher peut être très chronophage pour une entreprise. Les bons clients auront tendance à privilégier des relations sur le long terme avec un freelance de confiance.
  • Les marketplaces peuvent être un endroit où il est intéressant d’être présent, même si tu as déjà une clientèle. De temps à autre, un projet intéressant peut se présenter !
  • Ne brade jamais ton travail
  • Le syndrome de l’imposteur : ne le laisse pas te dominer !

En voyage

  • Si tu pars en voyage, pars léger ! Tu trouveras vraiment l’essentiel de ce qu’il te faut sur place.
  • Si tu veux apprécier ton voyage, prends le temps de découvrir, n’essaie pas de tout faire absolument ! C’est d’autant plus important si tu es un digital nomad : n’oublie pas que du devras travailler.

Pour une famille nomade

  • Le voyage est bénéfique pour les enfants : il les ouvre sur le monde et stimule leur curiosité. Ils apprendront énormément de choses via le voyage.
  • Si tu incites tes enfants à raconter, partager leur expérience que ce soit par des exposés, du montage vidéo ou encore un blog, ils développeront des compétences très utiles pour le futur.
  • Les enfants sont plus adaptables que les adultes en voyage, ils ne faut donc pas se brider par rapport à ça !
  • Commencer l’instruction en famille depuis un environnement stable pour pouvoir évaluer ce qui convient à tous !