fbpx

Allo La Planète

La radio voyage

En ce moment

Titre

Artiste


D’un bout à l’autre

Flo' 26 juin 2022

D’un bout à l’autre

Dans cet épisode #26 de Voyage sans ailes, sur la webradio Allo la planète, les invités de Flo’ voyagent sans avion. On part traverser l’Europe, faire des projets scientifiques sur les pôles, des explorations environnementales sur la Loire ou le tour du monde.

Pôle à pôle

  • Celas a parcouru les régions polaires, débutant en 2013 en tant qu’électronicien dans l’archipel de Crozet pour la recherche sur les manchots. En 2020, il a été ingénieur scientifique à la station Concordia en Antarctique, travaillant sur les exoplanètes et la géophysique. En 2022, il est devenu assistant de recherche en astrophysique à la station Amundsen-Scott au pôle Sud géographique. Un parcours marqué par un engagement constant dans des projets scientifiques d’importance sur les pôles. Pour le suivre @ceelaas

 

Par-delà les Roues

  • Claire et Ulysse, actuellement en Espagne, ont débuté un voyage à vélo depuis le Sud du Portugal en direction du Cap Nord. Leur itinéraire prévoit de traverser la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, pour finalement atteindre la Norvège. Les suivre sur @lesbiclousaures.

 

 

 Loire sentinelle

  • Barbara et Julien explorent la Loire depuis trois mois dans le cadre du projet “Loire sentinelle”. Leur mission : étudier la pollution en microplastiques et recenser la vie le long du fleuve en utilisant l’ADN environnemental. Suivez leur périple sur @natexplorers.

Une aventure inoubliable

  • Renaud a voyagé pendant trois ans, de la France à Bangkok, utilisant divers moyens de transport. Son itinéraire a été marqué par des séjours en Guyane, une tentative d’expatriation avortée au Mexique, et un road trip en Eurasie. Après une détention de huit mois à la frontière népalaise, il a exploré l’Asie du Sud-Est, l’Océanie, et l’Amérique latine. Il met fin à son tour du monde en raison de la crise du Covid. Actuellement, il projette un prochain départ en Australie pour un visa vacances travail.

 

La chronique de Mathilde